Remontons le temps pour saisir la particularité des origines atypiques de ce mythique et unique club de rugby …

Sergueï Dimitrov DAUGERVITCH - HISTORIQUE Rugby Club Côte Basque

Toute l’histoire du Rugby Club Côte Basque commence en 1890 par la rencontre entre Sergueï Dimitrov DAUGERVITCH, franco-russe de 28 ans à la stature imposante et la fortune bien établie grâce au commerce du porto et du chocolat, et Maïté AGUILERA, beauté étourdissante de 22 ans qui s’épanouissait dans l’entreprise familiale de découpe de chair de baleines.

DAUGERVITCH tenait de son père russe des mensurations et une force exceptionnelles pour l’époque  et de sa mère basque l’affectueux surnom “ETCHETA”. Sa double culture lui avait permis de commercer rapidement sur tous les continents comme sur le port de Bayonne.

Femme moderne pour l’époque avec  une vivacité d’esprit hors pair, Maïté AGUILERA possédait une flotte de bateaux de pêche unique en Europe qui  sillonnait les océans jusqu’aux grands bancs de Terre Neuve. Elle excellait à la chistera et pratiquait la savate, ce qui effrayait nombre de ses prétendants.

Sergueï Dimitrov DAUGERVITCH - HISTORIQUE Rugby Club Côte Basque

On se demandait qui serait un jour digne de cette belle affranchie au caractère bien trempé !

La réponse fut apportée lors de la traditionnelle fête de la Baleine le 1er dimanche de Septembre où, pour la première fois, s’y rendait DAUGERVITCH.

Regards croisés, coup de foudre instantané, présentations policées autour d’une, puis deux, puis trois, bouteilles de Patxaran vidées pour l’occasion et, moins d’1 an plus tard, naquit le petit Jean-Ignace.

Une vie heureuse faite de déplacements entre la Côte basque et les comptoirs commerciaux des deux familles réunies débuta alors .

Buenos Aires, Porto, La Havane, Auckland, Le Cap, Londres… où toute la famille se déplaçait au gré des affaires et des invitations.

Enfant précoce, vif comme sa mère et fort comme son père, Jean-Ignace découvre à Londres un sport très en vogue, -faisant penser à un moyenâgeux jeu de Soule- et mis au point par un certain William Webb Ellis Presley  : le Rugby Football.

Sergueï Dimitrov DAUGERVITCH - HISTORIQUE Rugby Club Côte Basque

A 12 ans, il intègre le RUGBY CLUB LONDON MAJESTIC et joue avec l’équipe des 15 ans.

A 15 ans, il  se mesure déjà avec les 18 ans et, à 18 ans, avec son mètre 98, ses 115 kilos de muscles et l’acier de son regard, ne redoute plus les hommes aguerris face auxquels il se retrouve, qu’ils soient gentlemen, avocats, tueurs de cochons, jardiniers ou encore anciens soldats.

Pousser comme un bœuf, plaquer en désintégrant l’adversaire, avoir une détente exceptionnelle, arracher les ballons, être adroit comme les pelotari de la famille maternelle … Il sait tout faire et devient rapidement un joueur exemplaire, un capitaine respecté et un stratège hors pair.

Les voyages qu’il entreprend dans les comptoirs commerciaux des deux familles et les tournées avec son équipe, l’installent aussi bien dans les affaires que dans son sport.

Par l’observation de nouvelles techniques, stratégies, visions et psychologies propres à chaque continent et les liens qu’il tisse avec d’autres joueurs, il fait progresser le jeu du Rugby Football auquel il initie désormais ses camarades de la Côte basque.

Rugby Club Côte Basque - HISTORIQUE Empreinte

En effet, en 1916, à l’âge de 25 ans, Jean-Ignace retrouve ses racines en s’installant  sur la Côte.

Naturellement, il retrouve, rassemble et unifie tous les meilleurs joueurs de Bayonne à Biarritz, de Saint-Jean-de-Luz à Hendaye en passant par Mouguerre, Bidart, Espelette, Hasparren et crée le Rugby Club Côte Basque l’année suivante.

Dès ses débuts en 1917, le club intègre le haut niveau qui vient de se structurer autour des principales provinces mondiales.

Le premier stade est construit au bord de l’océan. Il est dominé par les majestueuses falaises de Bisquey depuis lesquelles les spectateurs assistent aux exploits de l’équipe des « Arrantzales », surnommée ainsi en hommage aux pêcheurs bravant les mers lointaines pour chasser la baleine et commercer avec l’extérieur.

Une école de formation du Rugby Club Côte Basque est ouverte et accueille tous les gamins aptes à courir, pousser, bondir, hurler.

Les premiers résultats suivent … L’équipe se renforce autour de Jean-Ignace et les premières belles pages de l’histoire du club s’écrivent entre déplacements lointains, couronnés de succès, et batailles rangées « à l’ancienne » pour défendre « la maison ».

Jean-Ignace prend sa retraite de joueur à 40 ans avant de devenir son Président respecté puis son Président d’honneur jusqu’à sa mort à 104 ans.

Sur ce siècle traversé de part en part, il aura vu le rugby devenir le sport le plus pratiqué et suivi au monde.

Il aura vécu son  émergence dans les contrées les plus éloignées comme les plaines arides de Russie, les îles du Pacifique, les régions asiatiques, les montagnes reculées d’Afrique…

Il aura assisté à l’arrivée de nouveaux joueurs : des sumos se reconvertissant en piliers de mêlée, des 2ème ligne Masaï de 2.20m imposant leurs détentes verticales, des sud-américains petits et trapus  donnant le tournis aux plus redoutables défenseurs, des sprinteurs jamaïcains créant des espaces uniques avec leurs enjambées majestueuses, des lutteurs turcs se transformant en 3ème ligne redoutées, des haltérophiles slaves en talonneurs explosifs…